Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog citoyen de Jean-Laurent Turbet

"Portraits de chrétiens en campagne": dossier de l'hebdomadaire "La Vie" de cette semaine.

17 Mars 2011 , Rédigé par JL Turbet

La-Vie-17-mars-2011.jpg

 

 L'hebdomadaire "La Vie", à l'occasion des élections cantonales, consacre un dossier aux "chrétiens en campagne".

 

Plusieurs portraits sont proposés... dont le mien.

 

Voici donc l'extrait du dossier qui me concerne.

 

Achetez "La Vie" pour lire l'article complet.

 

Jean-Laurent Turbet, candidat pour le PS

Il se lance dans une lutte perdue d’avance. « Je m’engage dans ce combat politique parce que je suis protestant, explique Jean-Laurent Turbet. Ma foi me permet d’être au clair sur le bien et le mal. Je ne supporte plus la démesure des Balkany, leur système, la gabegie. Il n’y a pas grand-chose à faire, sauf à se montrer exemplaire. » Ce socialiste se présente à Levallois-Perret face à Isabelle Balkany, UMP. Proche amie de Nicolas Sarkozy, épouse de Patrick Balkany, maire de la ville de 1983 à 1995 et depuis 2001, elle est certaine d’être réélue dans ce canton qui vote à 75 % à droite. Même Martine Aubry, première secrétaire du PS, a lâché à Jean-Laurent Turbet : « En général c’est à moi qu’on souhaite bon courage, mais là je suis contente de pouvoir le dire à quelqu’un ! » Ce n’est pas forcément la phrase la plus encourageante qu’il ait entendue, mais enfin, le candidat est content qu’elle ait eu un mot pour lui. La politique, il connaît. Depuis huit ans, il est directeur de cabinet du maire de Clamart (92), après avoir été au même poste, à Clichy (93), et assistant parlementaire du socialiste Michel Sapin. Les yeux rieurs derrière de grosses lunettes, Turbet se bat à coups de tracts sur les marchés de Levallois et de messages sur sa page Facebook. Isabelle Balkany débarque-t-elle près des étals de légumes en jogging rose et doudoune sans manches ? Accompagné de fidèles soutiens en blouson rouge comme la rose socialiste, il débat avec les électeurs dans la bonne humeur. Immigration, fiscalité, exclusion sociale… « Je dis ce que je pense, même si ça ne paie pas dans les urnes », se rengorge-t-il. La question de la fraternité est essentielle pour lui. « Je veux que mon prochain aille mieux, qu’il ait plus d’argent, qu’il ait accès à plus de loisirs, qu’il puisse s’occuper de sa famille dignement. » Une parole, issue de la première épître de Jean, le guide : « Celui qui dit aimer Dieu alors qu’il n’aime pas son frère est un menteur. Car comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas et ne pas aimer son frère qu’il voit ? » « C’est dans cette phrase que coïncident ma foi et mon engagement politique. »

 

 ° Pour aller plus loin :

° Le site de "La Vie".

° L'article me concernant en format pdf.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article