Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog citoyen de Jean-Laurent Turbet

Emmanuel Macron n'a pas de programme ? Vraiment ?

14 Février 2017 , Rédigé par JL Turbet Publié dans #EmmanuelMacron, #EnMarche!, #Macron, #Présidentielle 2017, #EnMarche, #Poltique

Emmanuel Macron n'a pas de programme ? Vraiment ?

Vous qui regardez souvent les réseaux sociaux, vous entendez le refrain à la mode : Emmanuel Macron n’aurait pas de programme.

L’affirmation est à l’évidence mensongère et orientée car un programme, Emmanuel Macron en a bien un, qu’il dévoile depuis des semaines au cours d’interviews, de déplacements, d'émissions de radios et de télévisions et de meetings.

C'est marrant, ceux qui disent qu'il n'a pas de programme n'écoutent donc pas ? 

Et je suis prêt à prendre un pari : ceux qui disent aujourd'hui qu'Emmanuel Macron n'a pas de programme... seront les même à dire qu'ils ne sont pas d'accord avec celui-ci lorsqu'il sera présenté ! Bref ce sont des opposants politiques déterminés (et donc avec des arguments fallacieux et orientés) et ce n'est pas à eux que je parle, mais à celles et ceux qui se posent légitimement des questions.

 

Donc, regardons plutôt objectivement les premières propositions, d’ailleurs issues d’un travail d’enrichissement mené par les comités locaux d’En Marche ! :

 

Travail :

  • Rendre universelle la protection contre le chômage, c’est-à-dire étendue à ceux qui n’en bénéficient pas : indépendants, commerçants, entrepreneurs.
  • Créer un service public de la formation professionnelle tout au long de la vie. Les chômeurs ou les travailleurs pauvres notamment verront leurs droits considérablement renforcés.
  • Accorder des indemnités chômage à tous les salariés qui décideraient de démissionner (tous les 5 ans pour limiter les excès).
  • Supprimer les cotisations chômage et maladie pour les salariés, et l’équivalent chez les fonctionnaires et les indépendants. Objectif : augmenter le salaire net pour tous.
  • Augmenter la prime d’activité pour valoriser le travail (5% pour un montant moyen).
  • Les deux mesures ci-dessus (suppression cotisations et augmentation prime d’activité) permettront à un salarié au SMIC de gagner 100€ par mois supplémentaires.
  • Adosser le RSI au régime général (suppression de la caisse qui gère le RSI).
  • Favoriser le dialogue social, au plus près des besoins des entreprises et des salariés en valorisant les accords d’entreprises ou de branches.
  • Introduire le droit à l’erreur pour l’administration : les contrôles opérés par les pouvoirs publics se feront non plus pour sanctionner mais pour orienter.

 

Economie :

  • Zéro charge sur le SMIC : favoriser l’embauche grâce à une exonération de charges patronales de 10 points pour tous les emplois au SMIC.
  • Transformer le CICE en allègements pérennes de cotisations : 6 points de charges en moins pour les employeurs pour tous les salariés payés jusqu’à 2500€ par mois.
  • Favoriser les investissements d’avenir (infrastructures, transition écologique, couverture numérique, etc.) pour préparer la France et les entreprises à affronter les mutations économiques à l’oeuvre.
  • D’autres propositions sont à venir début mars.

 

Agriculture :

  • Rémunérer le travail des agriculteurs et les libérer de la dépendance aux aides publics.
  • Organiser la montée en gamme de notre modèle agricole grâce à un Programme d’Investissement d’Avenir Agricole sur le quinquennat (5 milliards d’euros).
  • Protéger les agriculteurs face à la volatilité des prix : création, dans le cadre d’une PAC au budget préservé, d’un système de subventions pour augmenter les aides en cas de crise.
  • Rémunérer les services environnementaux : 200 millions d’euros par an à destination des agriculteurs qui se lancent dans des projets environnementaux.

 

Environnement :

  • Objectif 1 : Sortir des énergies fossiles. A travers la COP21 et la loi sur la transition énergétique, la France a pris le leadership mondial de la lutte contre le réchauffement climatique.
    • Fermer en 5 ans les dernières centrales électriques à charbon
    • Aucune nouvelle attribution de permis d’exploitation d’hydrocarbures.
    • Interdire toute expérimentation, même publique, d’exploration des gaz de schiste.
    • Faire respecter la mise en oeuvre de l’accord de Paris sur le climat : l’Union européenne devra être implacable envers les Etats qui seront tentés de renier leur signature, en imposant des sanctions.
    • Augmenter le prix du carbone.
  • Objectif 2 : Permettre à tous les Français d’avoir accès à un air, à une alimentation et à un habitat plus écologiques. Préserver la biodiversité, maintenir l’équilibre de notre écosystème, partout sur le territoire.
    • Aligner la fiscalité du diesel sur celle de l’essence d’ici la fin du quinquennat
    • Engager une grande concertation avec les industriels pour les aider à diversifier leur production (véhicules électriques, hybrides, hydrogènes).
    • Proposer d’ici à 2022 dans l’ensemble de la restauration collective (cantines des écoles, restaurants d’entreprise) 50% de produits biologiques, écologiques ou locaux.
    • Organiser un Grenelle de l’alimentation afin de réunir et de mobiliser l’ensemble des acteurs de la filière autour de cet enjeu central du quotidien.
    • Fixer un objectif de sortie progressive des pesticides lorsque des alternatives existent.
    • Rénover en dix ans toutes les “passoires énergétiques” (c’est-à-dire les logements excessivement mal isolés qui laissent passer le froid en hiver et la chaleur en été) : dès 2022, nous visons d’en rénover la moitié.
    • Lancer un grand plan de rénovation des bâtiments publics.
    • Diviser par deux les déchets ménagers mis en décharge d’ici à 2025.
  • Objectif 3 : accompagne le développement des énergies renouvelables.
    • Maintenir une production d’électricité largement décarbonée.
    • Equiper la France de technologies les plus diversifiées possibles.
    • Trouver notre énergie dans les flux naturels plutôt que de fonder le développement de long terme de notre société sur des ressources fossiles.
    • Maintenir les objectifs fixés par loi de transition énergétique pour le déploiement des énergies renouvelables.
    • Maintenir la cible de réduction à 50% de la part de l’énergie nucléaire à l’horizon 2025.
    • Lancer des appels d’offre dès le début du quinquennat : doubler d’ici à 2022 la capacité en éolien en solaire photovoltaïque.
  • Objectif 4 : accompagner la transition écologique.
    • Accélérer le déploiement des véhicules électriques en maintenant le bonus-malus à l’achat et en accélérant le déploiement des bornes de recharge.
    • Créer une prime de 1000 euros pour permettre à tous ceux dont les véhicules ont été fabriqués avant 2001 d’acheter des voitures plus écologiques, qu’elles soient neuves ou d’occasion.
    • Proposer un audit gratuit pour tous les propriétaires occupants en situation de précarité énergétique.
    • Transformer le Crédit d’Impôt Transition Energétique (CITE) en prime immédiatement perceptible.
    • Favoriser l’agroécologie pour permettre de réduire fortement l’usage de pesticides.
    • Lancer un plan de transformation agricole sur la période 2017-2022 pour moderniser les exploitations et prendre en charge les investissements parfois lourds qu’elles devront consentir pour se réorienter.

 

Education :

  • Mettre en place une nouvelle méthode : faire (vraiment) plus pour ceux qui ont moins
  • Diviser par deux la taille des classes de CP et de CE1 dans les écoles qui en ont le plus besoin (REP et REP+)
  • Création d’un service sanitaire de trois mois pour étudiants en santé afin de faire de la prévention et du dépistage dans nos écoles.
  • D’autres propositions sont à venir début mars.

 

Culture :

  • Créer un Pass Culture de 500 euros pour chaque Français l’année de ses 18 ans.
  • Ouvrir les bibliothèques le soir et le dimanche.
  • Co-financer les initiatives locales qui favorisent la culture à l’école en mettant à contribution, aux côtés de l’Etat, les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple).
  • D’autres propositions sont à venir début mars.

 

Mal-logement :

  • Assurer un droit à la domiciliation pour les sans-abris. Création d’un coffre-fort numérique pour les documents personnels en faisant évoluer la mission de service public de La Poste.
  • Sortir de la logique de l’hébergement d’urgence :
    • Créer au moins 10 000 place supplémentaires en pension de famille.
    • Développer l’intermédiation locative (atteindre un objectif de 40 000 places nouvelles).
    • Développer un système d’attribution de logement social plus transparent.
    • Mener un effort de construction pour doper l’offre de logement.

 

Santé :

  • Prioriser le préventif sur le curatif
  • Révolutionner la prévention grâce à la création d’un service sanitaire de 3 mois
  • Améliorer la couverture santé avec la prise en charge à 100% de l’optique, l’audition et le dentaire.
  • Préserver la solidarité : pas un seul soin utile ne sera déremboursé pendant le quinquennat.
  • Lutter contre le gâchis avec le médicament à l’unité.
  • Création d’un “Doctissimo” public permettant de disposer d’informations actualisées et fiables.
  • Fixer comme objectif que la génération française qui naît aujourd’hui sera la première génération sans tabac.
  • Prise en charge à 100% des patients souffrant d’hypertension artérielle sévère.

 

Renouvellement de la vie politique :

  • Elaborer le projet présidentiel en concertation avec les comités locaux d’En Marche !.
  • Assurer la parité dans la structure du mouvement En Marche ! : plus de la moitié des délégués nationaux, des référents locaux et des membres de la Commission Nationale d’Investiture sont des femmes.
  • Assurer à la société civile la moitié des investitures pour les législatives de juin 2017.
  • Assurer une parité réelle pour ses législatives : investir 50% de femmes dans des circonscriptions réellement gagnables.
  • Interdire l’embauche d’un conjoint comme collaborateur politique pour tout élu sous l’étiquette En Marche !.
  • Rendre impossible toute investiture pour quelque élection que ce soit à un candidat ayant un casier judiciaire ou ayant eu une peine d’inéligibilité.
  • Donner plus de responsabilités aux élus locaux en accélérant la décentralisation : efficacité au plus près des réalités.

C’est tout ? C’est déjà pas mal pour l’instant !

Alors vous pensez toujours qu'Emmanuel Macron n'a pas de programme?

Ce qui est vrai, c'est qu'il ne se laissera pas dicter son calendrier de campagne par ses adversaires qui s'embourbent dans une campagne qui ne prend pas.

 

Voici les prochaines étapes :

  • Le 22 février, rendez-vous important : le chiffrage du projet sera détaillé
  • A partir de début mars : le reste des propositions (fiscalité, justice, défense, handicap, social, famille, enseignement supérieur, etc.) sera précisé.

 

Alors... toujours pas de programme ?

 

On vous attend sur www.en-marche.fr

Emmanuel Macron n'a pas de programme ? Vraiment ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article