Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog citoyen de Jean-Laurent Turbet

Un souffle de liberté bienvenu dans le monde politique français

14 Juillet 2016 , Rédigé par Jean-Laurent Turbet Publié dans #Politique, #EnMarche!, #EmmanuelMacron, #Citoyens

Un souffle de liberté bienvenu dans le monde politique français

Je viens de m'apercevoir que cela faisait cinq ans (ou presque) que je n'avais pas écrit sur ce site à vocation citoyenne et politique. C'est chose faite.

 

C'est peut-être que le 14 juillet est un jour plus particulier qu'un autre pour réfléchir sur ce qui fonde l'engagement aujourd'hui.

 

Heure des bilans certainement. Heure des réflexions certainement. Et surtout comment inventer l'avenir dans une période aussi troublée.

 

Il me semble que c'est la bonne période pour effectuer ces démarches, en essayant le plus possible de se défaire des carcans partisans habituels qui ont marqué leurs limites.

 

Avoir des convictions, des idées, voire appartenir à un parti politique ne saurait dorénavant être un carcan pour ne pas s'ouvrir aux autres ou obéir comme des moutons de panurges à des mots d'ordres lénifiants venus d'en haut.

 

N'en déplaise à ceux qui veulent étreindre et contraindre pour moi le mot qui a le plus d'importance est celui de Liberté.

 

Un souffle de liberté bienvenu dans le monde politique françaisLiberté de pensée, libertir d'agir, liberté de réflechir par soi-même plutôt que de se satisfaire de slogans partisans et souvent réducteurs.

 

Il faisait ce mardi 12 juillet 2016 à la Mutualité pour entendre Emmanuel Macron. Plus de 3000 personnes, jeunes en très grande majorité, rassemblés pour célébrer ensemble .

 

C'est avant tout cet esprit de liberté que j'ai trouvé lors de cette réunion.

 

Cet esprit de liberté et aussi de rassemblement autour d'idées, de valeurs, de projets, d'actions qui dépassent les frontières partisanes actuelles. Non pas pour les nier mais pour les transcender  : pour qu'elles ne soient pas un obstacle à la refondation d'un système dont on voit bien qu'il est à bout de souffle.

 

Afficher l'image d'origineToutes proportions gardées - et en faisant un peu l'ancien combattant - cela m'a rappelé l'ambiance de ces jours du mois de septembre 1985 (5, 6 et 7 je crois, j'aurais 21 ans le 24 septembre) aux Arcs pour ces journées où nous nous sommes retrouvés autour de Michel Rocard, avec Alain Bauer, Manuel Valls, Stéphane Fouks, Jessica Scale et des dizaines d'autres pour essayer de penser l'action politique autrement.

 

Avec les jeunes des Clubs "Forum" et les plus anciens des clubs "Convaincre" pour tenter de décloisonner la société. En réunissant autour de Michel Rocard des personnalités aussi différentes que des économistes, des chefs d'entreprises, l'équipe du Nouvel obs, Patrick Viveret ou Stéphane Hessel... Des hommes de gauche comme de droite déjà.

 

C'est cet esprit de rassemblement que j'ai retrouvé le 12 juillet dernier.

 

Cette volonté de s'appuyer sur une analyse du réel (le porte à porte citoyen pour écouter les français) pour ensuite développer un projet cohérent, libérateur et dynamique, en phase avec le monde dans lequel nous vivons, mais aussi un projet solidaire qui protège les plus faibles.

 

Cette volonté également de s'approcher au plus près des expériences réussies dans nos régions.  Les entreprises, les collectivités locales, les associations ont fait des expériences qui marchent. Pourquoi ne pas s'en inspirer, d'où qu'elles viennent ?

 

Un souffle de liberté bienvenu dans le monde politique françaisCe n'est pas un hasard si Gérard Collomb, le maire de Lyon, est l'un de ses soutiens les plus fervents. Comme de très nombreux élus locaux et des acteurs de terrain, qui sont au plus près des réalités quotidiennes souvents très difficiles.

 

Dans une France divisée, parfois communautarisée, il faut remettre du liant, du lien, du commun, du rassembleur autour de l'idée force de liberté.

 

La gauche aujourd'hui ne produit essentiellement que des normes, des règles  et des contraintes nouvelles ! Il faut briser le carcan, simplifier, redonner de l'élan, du souffle.

 

Souvenons-nous des explosions de liberté que la gauche a su créer : les radios libres, les télés libres,  la fête de la Musique, la liberation du monde associatif, la liberté des âmes et des corps.

 

Les progressistes, d'où qu'ils viennent, doivent de nouveau faire souffler ce vent de liberté qui - seul - soignera les scléroses et dissipera les doutes.

 

Moins de règles, moins de contraintes, plus de liberté, plus d'air frais !

 

Ce n'est pas un hasard si de très nombreux jeunes (le meeting changeait des habituelles réunions de sexagénaires) rejoignent En Marche ! , le mouvement lancé par Emmanuel Macron.

 

Manuel Valls est aussi de ceux qui sont capables de faire nouger ces lignes. Grâce à son caractère, son énergie et son parcours politique. C'est quelqu'un que j'estime beaucoup.

 

Gageons qu'au delà de quelques réactions épidermiques de quelques jours, les réformistes et les progressistes sauront s'unir pour refonder durablement une majorité nouvelle.

 

Je sais - on ne cesse de nous le répéter - que bouger les lignes entre la gauche et la droite ça n'a jamais fonctionné.

 

Ceux pour qui j'ai  de l'admiration n'ont pas connu - de part les vicissitudes de la politique et de l'Histoire - une carrière politique telle que leurs compétences initiales auraient pu le laisser penser : Gustave Mesureur, Léon Bourgeois, Jean Jaurès, Léon Blum, Marcel Sembat, Pierre Brossolette, Jean Zay, Pierre Mendes France, Gaston Monnerville.

 

Plus près de nous, Jacques Chaban Delmas, Michel Jobert, Jean Lecanuet, Michel Rocard, Jacques Delors, Jean-Louis Borloo, Nicolat Hulot ont connu ou connaissent un parcours similaire...

 

Paradoxalement, c'est certainement d'eux que je me sens le plus proche.

 

Emmanuel Macron mance un mouvement... Est-ce que cela fonctionnera cette fois ? Personne ne peut le dire. Il a mérite d'essayer et le courage de tenter l'aventure.

 

Cela provoque le débat ! Oblige à réfléchir ! C'est déjà un pas essentiel.

 

Et puis le concernant, j'en ai assez des commentateurs qui affirment qu'être un homme brillant, intelligent, qui a fait d'excellentes études et a eu des fonctions professionnelles importantes dans le privé (et donc qui a gagné beaucoup d'argent), serait forcément un handicap ! Je n'y vois au contraire que des avantages !

 

Alors tentons de créer des liens, des passerelles, des ponts entre les hommes et les femmes plutôt que de dresser des murs et des frontières, fussent elles idéologiques.

 

Car la situation du pays ne permet plus les petits jeux politiciens habituels.

 

Au moment ou les extrémismes de tous poils reprennent de la force, à l'extrême droite comme à l'extrême gauche. Au moment où le terrorisme est toujours là, en menace permanente et qu'il peut frapper à tout instant.

 

C'est justement là qu'il faut appliquer les lois de la République dans toute leur rigeur mais aussi ne céder en rien sur nos valeurs essentielles.

 

Alors, en marche.

 

Caminante no hay camino, se hace camino al andar (toi qui marche il n'y a pas de chemin, le chemin se fait en marchant) nous dit Antonio Machado dans son célèbre poême.

 

Oui c'est à nous de consruire ce chemin en marchant. maintenant.

 

Jean-Laurent Turbet

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article